n°3 - septembre

SITES, MONUMENTS, MUSEES ET COLLECTIONS BELGES D’HISTOIRE DES TECHNIQUES ET D’ARCHEOLOGIE INDUSTRIELLE

Technologia Bruxellensis s’efforce, dans cette rubrique, de présenter, au fur et à mesure de l’avancement de son enquête, le patrimoine belge concernant l’histoire des techniques et l’archéologie industrielle.

LE MUSEE DU VERRE A LIEGE

par
J. PHILIPPE
Conservateur-directeur des Musées d’Archéologie et d’Arts décoratifs
de Liège
Quai de Maastricht, 13, 4000 Liège.
Ouvert tous les jours ouvrables, sauf le mardi, de 10h. à 12h30, et de l4h. à 17h. ; les dimanches et jours fériés de 10h. à l6h. Ouverture, également, le mercredi de 19h. à 22h.
Visites guidées annoncées par programme et par la presse.
Depuis l’Antiquité proche-orientale, à travers les grandes étapes de l’humanité et partout dans le monde, la production verrière atteste la permanence au coeur de l’homme d’un idéal de beauté inscrit dans cette matière qui fut "vivante" : le verre. Matière empreinte d’humanisme grâce à l’art du verrier qui est un métier au sens le plus noble du terme. Des pyramides pharaoniques aux capsules spatiales, elle s’impose sur les plans divers de l’art, de la science et de la technique comme un produit irremplaçable pour les civilisations et les sociétés qui se sont succédées depuis quelque cinq millénaires.

Les créations verrières les plus valables résultent d’un harmonieux mariage entre l’esthétique et le tour de main, entre le talent inventif et le sens de ces propriétés de la matière que sont la transparence et l’éclat. Ce sont ces unions qui actualisent toute spéculation intellectuelle. Combien Maurice Marinot, peintre français devenu grand maître verrier, a eu raison d’écrire : "La compréhension des effets de la pesanteur domine tout le travail du verre". Métier plein de périls qui, comme les autres branches des arts décoratifs, exige une parfaite adaptation du décor à la forme. C’est, ne l’oublions pas, le simple secret de la réussite des grands maîtres des arts appliqués dès les origines préhistoriques de l’art.

L’existence de l’énorme bibliographie consacrée au verre prouve l’intérêt porté par les chercheurs et le public à l’étude du verre et particulièrement à l’histoire de cet art industriel où la technique, l’esthétique et les styles mêlent leur trame.

CREATION ET COLLECTIONS

Créé en 1959 pour illustrer ce matériau de choix, le Musée du Verre de la Ville de Liège fait partie de l’ensemble des Musées d’Archéologie et d’Arts décoratifs de Liège dont les vastes collections, constituées dès 1850, s’étendent chronologiquement de la Préhistoire à nos jours, et s’affirment, en importance et dans ces domaines, les secondes de Belgique après celles des Musées royaux d’Art et d’Histoire à Bruxelles.

Pour sa part, ce Musée du Verre s’impose comme l’institution la plus riche en Belgique dans le domaine des collections retraçant l’histoire universelle du verre des origines à nos jours. Par ses activités internationales ressortissant à l’étude historique et archéologique de la verrerie, Liège a renforcé une originalité qui ne lui est pas contestée et qui s’était esquissée dès 1952, grâce à l’acquisition du remarquable ensemble de verres anciens constitué par un grand collectionneur liégeois, Armand Baar (1875-1942). Cette collection comporte 1800 pièces environ, provenant surtout du marché international, mais aussi de collections célèbres (Spitzer, Rothschild...)

Plus de 9000 pièces en verre creux constituent actuellement les collections du Musée qui, sur le plan international, se sont fait connaître parmi les plus complètes et les plus riches qui soient. Son champ d’action couvre toute l’histoire du verre, en Orient comme en Occident.

Avant 1952, le premier fonds de ce qui allait devenir le Musée du Verre comportait quelque cinq cents pièces. Passé à 2.300 environ en 1953, avec l’acquisition de la fameuse collection Armand Baar, il a plus que triplé dans les vingt dernières années. Parallèlement, la documentation et la bibliothèque spécialisée se sont constituées puis amplifiées. Il n’est pas superflu non plus de rappeler que le Musée, en tant qu’institution directement intéressée par la connaissance de la production belge contemporaine, conserve la plus importante série de verres belges du XIXe siècle, grâce à l’acquisition d’une excellente collection documentaire de 370 pièces réunies de 1840 à 1873 environ.

ACTIVITES INTERNATIONALES

Depuis 1958, le Musée du Verre de Liège est le siège du Secrétariat général de l’Association internationale pour l’histoire du verre, fondé alors en cette ville. Pour cet organisme international, il assume la charge d’éditeur (un Bulletin ; les Annales des congrès, au nombre de sept à présent ; et publications spéciales).

Le Secrétariat général de l’Association
entretient des relations d’étroite collaboration avec le Comité international de l’ICOM (International Council of Museums) pour les Musées et collections du Verre.

Photo Francis Niffle

Banc de verrier ; canne de souffleur ; trois types de pontil.
Dans le fond, photo d’un maître verrier soufflant une pièce de cristal dans un moule, aux Cristalleries du Val-Saint-Lambert.
L’extension du Musée est prévue dans le cadre général des vastes extensions du Musée Curtius (Archéologie et Arts décoratifs de la préhistoire à nos jours). Notablement plus de verres seront exposés dans les salles publiques. D’importantes réserves sont à présent dûment aménagées.

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

Joseph PHILIPPE, Le Musée du Verre de Liège, Liège, éd. Eugène Wahle, 1976 (avec 31 références bibliographiques) ; 24 p., 48 fig.

[1 C’est nous qui soulignons.

[2Nous maintenons évidemment l’imprécision du texte original ; on sait que l’empattement des chemins de fer européens est, en général, de 1435mm.

[3 Il convient évidemment de ne pas limiter toute activité artistique aux seules ressources du fonctionnalisme. La monotonie engendrée par la perfection est inhumaine.

[4 Deze verving toen een tweede vertikale stoommachine met vrije kondensatie. Konstrukteur en konstruktiedatum zijn onbekend. Gekende technische gegevens : Ø zuiger : 0,18 m ; slaglengte zuiger : 0,45 m ; expansie op 1/3 ; 70 dubbele slagen per min. ; 10,5 pk bij 7 atm. (naar ter p1aatse bewaarde technische expertise door Ir. De Heem, 23.04.1898).

[5 Gent, Rijksarchief, Provinciaal Archief 1830-1850, Aanvragen stoommachines (Machines à Vapeur, bundel 2196).

[6In 1845 werd deze eveneens lid van de pas opgerichte nijver-heidskamer van Landskouter, een gemeente die toen slechts één stokerij en enkele steenbakkerijen bezat ...

[7 Zie voetnoot (2).

[8Gaarne doen wij bij deze beroep op de technische kennis van de geïnteresseerde lezer, om na een eventueel plaatsbezoek, zijn bemerkingen te laten geworden over de mogelijkheden en kostprijzen van een dergelijke restauratie.
Vrijwilligers kunnen de schrijver van dit artikel kontakteren op zijn persoonlijk adres (Voetbalstraat 4, 9000 Gent) of via de Rijksdienst voor Monumenten- en Landschapszorg, Jozef II-straat 30, 1040 Brussel. Met dank.



















info visites 186448

     COCOF
                      Avec le soutien de la Commission
                           communautaire française