La théorie de l’évolution de Darwin, la sensation du XIXe siècle ?

L’ORIGINALITE DE DARWIN DANS LA THEORIE DE L’EVOLUTION

On the Origin of Species et la théorie de l’évolution d’après Darwin

Charles Darwin a beaucoup publié en tant que naturaliste, géologue, botaniste et voyageur. Nous nous pencherons pour cette exposition seulement à son œuvre majeure On the Origin of Species car il s’agit cette année du 150ième anniversaire de la première parution. Mais nous ne négligerons pas pour autant le restant de son œuvre qui sera traité sommairement.

En 1856, après son retour de voyage sur le Beagle, Lyell encourage Darwin à informer le grand public de ses nouvelles idées qui l’ont occupé durant ces 20 dernières années. Mais ses plans furent bouleversés quand le naturaliste Alfred Russel Wallace - résidant alors sur l’archipel Malais - envoya un essai à Darwin ayant comme titre On the tendency of varieties to depart indefinitely from the Original type. Darwin arriva à la conclusion que lui et Wallace avaient élaboré la même théorie. Wallace demanda à Darwin de procurer son livre à Lyell, s’il était convaincu de la qualité de son ouvrage. Lyell et Hooker réussirent finalement à convaincre Darwin de publier un résumé provenant de ses notes dans le Journal of the Proceedings of the Linnean Society en 1858 avec une lettre adressée à Asa Gray (1810-1888), un botaniste américain avec lequel il était en contact depuis des années [2] et avec la publication de l’essai de Wallace. Mais cette publication commune n’eut pas l’effet escompté à ce moment dans le monde scientifique
Cela coûtera en fin de compte à Darwin 13 mois et 10 jours de travail acharné pour écrire une synthèse à partir de ses nombreuses notes, qui sera publiée sous le titre On the Origin of Species en novembre 1859.
Darwin considérait cet ouvrage comme the chief work of my life (selon ses propres termes). A cause de la publication de l’essai court et concis de Wallace, Darwin fut obligé de se limiter. Si Wallace n’avait pas publié son essai, On the Origin of Species aurait alors été un livre volumineux qui n’aurait été lu que par quelques-uns. Voilà la raison pour laquelle Darwin remercie son collègue dans son introduction. Le livre deviendra directement un succès ; nous nous référons aux multiples recensions, à l’écoulement rapide de la première édition (le premier jour de sa parution les premiers 1250 exemplaires furent déjà vendus) et aux multiples traductions. Darwin expliquera lui-même son succès par deux ingrédients : la cohérence entre conclusions et faits sans se perdre dans les détails et ensuite, ’la règle d’or’ de ne pas se contredire.
Darwin écrira plus tard qu’il avait eu beaucoup de plaisir à rédiger cet ouvrage. Il était particulièrement fier de la description et des explications des multiples différences entre l’embryon et l’exemplaire adulte à travers les différentes espèces, ainsi que la grande similitude entre les embryons d’une même race. Mais ironiquement ceci ne fut pas mentionné dans les recensions et cela à sa grande déception (comme il l’écrira à Asa Gray). Ses idées furent mal interprétées, parfois tournées en ridicule ou jugées d’un ton acerbe, mais Darwin voyait cette critique ainsi de bonne foi, ’in good faith’. D’un autre côté, il ne doutait pas du fait que son ouvrage soit bien apprécié. En conclusion il était heureux - et ceci sur l’avis de Lyell - de ne pas avoir répondu aux controverses, car ’it rarely did any good and caused a miserable loss of time and temper’.

[1S.F. HARMER, archiviste/conservateur département de zoologie, British Museum (Natural History), Memorials of Charles Darwin, in British Museum (Natural History), Special guide, N° 4, London, 1909.

[2Il s’agit probablement de la lettre du 5 septembre 1857, Vie et correspondance de Charles Darwin, p. 625-633.

[3’Darwin, Charles Robert’, Elsevier Encyclopedie, vol. 7.

[4The Times du 21 avril 1882, p. 5.

[5The Times du 21 avril 1882, p.5.

[6VAN DYCK (Marie-Claire) & LAMBERT (Dominique), L’Université de Louvain et le Saint-Office, dans Louvain, nr. 177, 2009.

[7 http://www.cofe.anglican.org/darwin... : “Good religion needs good science.”



















info visites 168982

     COCOF
                      Avec le soutien de la Commission
                           communautaire française