Hypathie d’Alexandrie (vers 355-415 avant JC)

  • C’est en Grèce, entre 355 et 370 ap. J.-C., que naît une jeune fille dont le destin va être révolutionnaire. Elle se prénomme Hypatie.
  • Hypatie est la fille de Théon d’Alexandrie, mathématicien reconnu qui lui transmet l’amour des sciences.
  • Sur le conseil de son père, Hypatie part étudier la philosophie à Athènes durant quelques années avant de revenir à Alexandrie.
  • Hypatie commence à enseigner les mathématiques, les sciences naturelles et la philosophie, en conférences publiques mais aussi en cours privés. Elle est connue pour être une grande pédagogue et aurait dirigé l’école néoplatonicienne d’Alexandrie.
  • Elle évolue parmi les personnalités les plus brillantes d’Alexandrie et ce statut d’enseignante lui procure une grande indépendance. Mais tout le monde n’apprécie pas Hypatie. En effet, ses relations avec le patriarche d’Alexandrie, Cyrille, sont difficiles.
  • Ses mauvaises relations avec des hommes importants tels que Cyrille vont mener à son assassinat un jour de 415. Alors qu’elle rentre chez elle, Hypatie est attaquée par un groupe de moines fanatiques, partisans de Cyrille. Ils vont la battre à mort, la découper vivante avec des tessons et des coquillages puis traîner son corps déchiqueté à travers toute la ville. Par la suite, son corps sera brûlé sur une colline proche de la ville.
  • Au XVIe siècle, on raconte que le célèbre peintre Raphaël l’aurait représentée dans son « École d’Athènes », mais que, son commanditaire n’appréciant pas de voir une femme dans ce tableau, le peintre la remplaça par Francesco Maria della Rovere, le neveu du pape Jules II connu pour son apparence androgyne.
  • Aujourd’hui, un cratère de la Lune porte son nom.
    JPEG - 42.8 ko
    Les Rimae Hypatia, derrière le cratère Moltke, sur la lune
    photo prise par Apollo 10


















info visites 224662

     COCOF
                      Avec le soutien de la Commission
                           communautaire française