Agnodice (IVe s. av. J.-C.)

JPEG - 43.1 ko
« Agnodice, Sage-femme athénienne »
gravure extraite de : Biographie des sages-femmes célèbres, anciennes, modernes, contemporaines, par A. Delacoux, 1833.
  • Au IVe siècle avant Jésus-Christ, les femmes ont l’interdiction d’étudier. Cependant, une jeune fille prénommée Agnodice va enfreindre les règles. Pour cela, elle se coupe les cheveux et se déguise en homme. Elle se fait alors appeler Miltiade.
  • C’est vers 350 avant Jésus-Christ qu’Agnodice/Miltiade réussit avec brio son examen de médecine. Elle est en effet major de sa promotion. Elle décide alors de devenir gynécologue.
  • Si elles n’ont pas le droit d’étudier, les filles n’ont également pas le droit de pratiquer la médecine - ou la gynécologie, dans le cas d’Agnodice -, c’est pourquoi Agnodice va pratiquer son art déguisée en garçon.
  • Agnodice est si douée qu’elle acquiert une grande réputation (et une énorme patientèle). Cela va créer la jalousie des autres médecins.
  • Ses collègues jaloux vont faire courir le bruit qu’Agnodice abuse de ses patientes pendant l’examen gynécologique. Elle profiterait de son métier pour séduire et corrompre les femmes mariées qui faisaient appel à elle.
  • Elle risque la peine de mort, et pour se défendre, Agnodice révèle alors son sexe. Elle est une femme, dès lors, les accusations de viol ne tiennent pas la route.
  • Cependant, elle a enfreint la loi. Elle a exercé la médecine illégalement en usurpant son identité et est quand même condamnée à mort (à l’unanimité) par la justice athénienne.
  • Agnodice est tellement appréciée de ses patientes que ces dernières se rassemblent pour la défendre. Elles envahissent le tribunal et déclarent que si Agnodice est exécutée, elles iront à la mort avec elle !
  • Sous la pression de toutes ces femmes, les magistrats acquittent Agnodice et lui octroient même le droit d’exercer la médecine !
  • Ce n’est pas tout ! L’année suivante, le conseil d’Athènes change la loi et autorise désormais les femmes à étudier et pratiquer l’art de la médecine.


















info visites 217040

     COCOF
                      Avec le soutien de la Commission
                           communautaire française