11(3-4)

Préparons à quelque malheureux, que ses infirmités conduiront à Bourbonne, une page qui puisse lui être utile.

A) LA VILLE ET LE PAYS DE BOURBONNE

Bourbonne est situé dans un fond. Ceux qui s’y rendent de Paris ne l’aperçoivent que par l’extrémité du clocher de la paroisse qui perce au-dessus des montagnes, se montre et disparait vingt fois, trompe le voyageur sur la distance et le fait donner au diable.

Bourbonne fut presque entièrement incendiée en 1717. Le château, dont les ruines, vues le soir de la hauteur du prieuré, font un effet assez pittoresque, était bâti sur les débris d’un temple ancien consacré au dieu Orvon et à la déesse Orvone.

A un des bastions de ce château, construit au troisième siècle, sous Théodebert et Thierry, et appelé Vervona, il y avait une pierre de deux pieds de haut, sur quinze pouces de large, avec l’inscription suivante, plus exactement prise qu’on ne la trouve dans les autres auteurs.
ORVONI. T
MONAE. C. IA
TINIVS. RO
MANVS. IN
G. PRO. SALV
E. COCILLAE
FIL. EX. VOTO
Les caractères de cette inscription sont du troisième siècle ; ainsi il y a au moins quinze cents ans que ces eaux sont renommées.

Le dieu de la fontaine s’appelait Orvon, Vervon, Vorvon, Borvon, la lettre faible V changée dans la forte B. C’est la marche générale des langues ; les consonnes faibles deviennent fortes ; plus souvent les fortes deviennent faibles, et disparaissent du commencement des mots, tant nous sommes économes de peines dans les choses usuelles.
Il y a des eaux thermales dans plusieurs lieux, qui portent les noms de Bourbon, ou Bourbonne , comme Bourbonne-les-Bains, Bourbonne-les-Boues, Bourbon-Lancy, Bourbon-l’Archambault, l’Abbaye de Boulbon
ou Bourbonne sur l’Arige, Boulbon ou Bourbon en Provence . Peut-être en fouillant, trouverait-on des eaux chaudes dans les endroits qui n’en ont point et qui ont le même nom. D’où il paraît que ce sont les eaux qui ont nommé ces lieux. Mais comment ? Le voici :
Berv, overv, orv, ourv, signifie en bas-breton, ou langue celtique, slavone, Bouillant. Tom signifie chaud. Ona signifie fontaine. La traduction de l’inscription, est donc :
Consacré à Orvon, ou bouillant ; et à Tomona, fontaine chaude. Caïus Jatinius dans la Gaule pour le salut de sa fille Cocila.
Il n’est pas difficile de concevoir comment de Borvoni on a fait Borboni, Bourbon et Bourbonne.

On reconnait au bout de la rue Vellonne ou Bellonne, des restes d’une voie romaine. C’est le commencement d’une ancienne chaussée de Bourbonne à Langres. Cette chaussée traverse les bois.

Je ne dis rien des tombeaux qu’on a trouvés en faisant des fouilles ; par les enquêtes que j’ai faites, il m’a semblé qu’ils étaient vides, et qu’il n’y avait ni lampes sépulcrales, ni médailles, ni armes, ni marques de dignité.

Je me tais aussi sur les médailles ou monnaies romaines. Ceux qui sont curieux de les voir, s’adresseront à Langres au médecin Chevalier ou à son frère le chanoine, qui en possède un assez grand nombre.

[1A la fin du livre se trouvent : un tableau chronologique des principaux épisodes de la vie de Darwin ; une chronologie du voyage sur le Beagle, une carte avec le tracé des expéditions terrestres de Darwin, l’arbre généalogique des familles Darwin, depuis Erasmus, et Wedgwood, depuis Josiah, ainsi qu’une bibliographie comprenant les œuvres de Darwin, des biographies et des études sur l’évolution en général.

[2Il faut citer une préface de 40 pages de J. Riera, qui se place dans le contexte du concept d’évolution et en retrace l’histoire. On y trouve également quelques indications sur D. Papp et sur ce livre.

[3L’année 1982 a vu la célébration du centenaire de la mort de Darwin ; il n’est pas inutile de souligner que l’ouvrage a paru en 1983.



















info visites 337468

     COCOF
                      Avec le soutien de la Commission
                           communautaire française