11(1-2)

PROGRAMME NATIONAL D’ENSEIGNEMENT DE TROISIEME CYCLE « HISTOIRE DES SCIENCES ET DES TECHNIQUES »

sous l’égide du Fonds National de la Recherche Scientifique
de la Société Royale Belge des Ingénieurs et des Industriels
et de la Koninklijke Vlaamse Ingenieursvereniging

Président d’honneur
Ilya Prigogine (U.L.B.)

Président
P. Bockstaele (K.U.L.)

Coordinateur
R. Halleux (U.E.L.)

En sa séance du 5 juillet 1985, le Fonds National de la Recherche Scientifique a placé sous son égide un enseignement de troisième cycle intercommunautaire et interuniversitaire « Histoire des Sciences et des Techniques - Geschiedenis van de Wetenschappen en de techniek », dont M. le Prof. Ilya Prigogine (ULB), prix Nobel, assure la présidence d’honneur.
La Société Royale Belge des Ingénieurs et des Industriels et la Koninklijke Vlaamse Ingenieursvereniging patronnent également l’entreprise.
Il est organisé en 1988-1989 pour la quatrième année, avec un programme considérablement enrichi.

FORMER DES CHERCHEURS

L’objectif prioritaire est de former à la recherche des personnes titulaires d’un diplôme, scientifique ou littéraire, obtenu après au moins deux cycles complets d’enseignement universitaire : licence ou doctorat en philosophie et lettres, sciences ou droit, docteur en médecine, en médecine vétérinaire, pharmacien, ingénieur civil, ingénieur agronome, ingénieur industriel (qu’ils soient étudiants ou en activité, en chômage, en prépension, ou à la retraite).

Ce propos fondamental distingue le « troisième cycle » des cours d’introduction historique aux sciences donnés en premier ou deuxième cycle dans un petit nombre d’institutions, ou encore des conférences d’intérêt plus général. D’autre part, malgré d’évidentes affinités, la spécificité de la matière exclut pour le moment du programme des domaines connexes comme la philosophie des sciences, l’archéologie industrielle et l’histoire des sciences humaines.

L’enseignement prendra, au moins partiellement, la forme de séminaires de travail. C’est pourquoi trois types de cours sont prévus : une approche générale, une initiation aux sources et aux méthodes et une spécialisation dans l’histoire des diverses sciences et techniques. On en trouvera la liste plus loin.

Les enseignants sont des historiens professionnels des sciences et des techniques. Ils appartiennent aux Universités, au F.N.R.S., aux bibliothèques, archives et musées. Chacun enseignera dans sa propre institution. Le F.N.R.S. prend en charge les frais de voyage des étudiants régulièrement inscrits dans une université.

Les cours seront donnés en français ou en néerlandais, avec des explications en anglais aux étrangers.

Chaque étudiant se compose un programme comportant au moins quatre cours. Il soumet préalablement son programme au conseil des enseignants, qui peut lui suggérer d’autres cours (sciences, langues) selon son niveau de départ. D’autre part, chaque professeur est libre d’écarter de son séminaire les auditeurs qu’il jugerait insuffisamment préparés ou insuffisamment assidus.

Le programme peut s’étaler sur deux ou plusieurs années. A fin du cycle, chaque étudiant rédige, sous la direction d’un promoteur, un travail d’une quarantaine de pages présenté comme un article scientifique prêt à la publication. Les meilleurs seront publiés.

Le cursus est sanctionné par un certificat qui n’a pas une valeur légale, mais scientifique.

[1B. Gille, 1980. - Les mécaniciens grecs. Paris.

[2Villard de Honnecourt, 1986. - Carnet de Villard de Honnecourt. Introd. & Comm. A. Erlande Brandeburg, R. Pernoud, J. Gimpel & R. Beckmann. Paris.

[3G. Beaujouan, 1975. - Réflexions sur les rapports entre théorie et pratique au moyen âge, in The Cultural Context of Medieval Learning. Ed. J. Murdoch & E. Sylla. Dordrecht

[4R. Mark, 1982. - Experimente in Gothic Structure. Massachusetts Institute of Technology.

[5D. Hill, 1984. - A history of Engineering in Classical Antiquity and Medieval Times. La Salle, Illinois.

[6Les références aux livres et articles de revues sont indiquées par les noms d’auteurs et les années de publication, tandis que les références aux dispositions légales, rapports, etc. sont indiquées par de simples numéros d’ordre.

[7L’objet des séances consacrées à l’histoire de l’enseignement de la statistique durant la Second International Conference on Teaching Statistics étant limité à la période antérieure à la deuxième guerre mondiale, le texte de ce paragraphe est volontairement très condensé.

[8 Sans en faire mention explicite dans le texte, ni dans la bibliographie, nous avons également consulté de façon systématique les programmes des études des universités belges, en particulier pour les années académiques 1913-1914 et 1939-1940.



















info visites 269017

     COCOF
                      Avec le soutien de la Commission
                           communautaire française