6(1)

Le principe des masses polaires n’est pas nouveau. Il a été
employé dés 1856 par Werner von Siemens pour une magnéto qui fut la
première à posséder un induit formé d’une seule bobine. C’est la fameuse bobine navette constituée par un solénoïde dont le bobinage
était encastré dans deux profondes rainures longitudinales ménagées
dans le noyau de fer doux. C’est déjà la préfiguration du bobinage de
Hafner Alteneck pour la firme Siemens et Helske en 1873. L’induit navette était étroitement enveloppé par des masses polaires cylindriques prolongeant les branches de l’aimant permanent.

Fig. 4. - L’induit « navette » de Siemens, 1856.

Cette dynamo Siemens a eu à l’époque une certaine réputation
et il ne fait pas de doute que Gramme en ait eu connaissance sinon
directement, du moins par le cercle de techniciens qui se rencontraient
chez Rouart. Il faut remarquer que Gramme n’a probablement acquis sa
connaissance du mouvement de recherche concernant les machines
magnétoélectriques, alors assez vif depuis le début des années 1860,
uniquement par l’observation directe des objets existant et par la transmission orale. Une presse spécialisée n’a commencé à paraître qu’en
1879 avec La Lumière électrique. Mais « les choses se savaient ». Et
elles allaient vite. En 1864 l’Anglais Henry Wilde est passé tout juste à
côté de la dynamo. Il a remplacé les aimants permanents de l’inducteur
par des électroaimants qu’il alimentait en courant par une petite dynamo
Siemens placée sur le dessus de la machine. Les deux induits étaient
entraînés chacun par une courroie passant sur le même arbre de la
machine à vapeur.

D’ailleurs le problème est serré de plus en plus près par plusieurs constructeurs. En 1867, plusieurs d’entre eux, Wheaststone, Siemens, Varley décrivent, chacun séparément, des dynamos dont les
inducteurs à bobine sont autoexcités par le courant de l’induit. Ils
avaient d’abord repris le système de Wilde avec l’excitation par une
dynamo auxiliaire Siemens, mais seulement pour le démarrage. Il semble
bien que Siemens lui-même ait constaté le premier que l’excitation de
démarrage pouvait être fournie par le magnétisme rémanent du noyau
des électros de l’inducteur. Mais initialement la première excitation ne
pouvait être obtenue que par la magnéto auxiliaire. Puis l’Anglais William
Ladd approcha encore de plus près la solution du démarrage constatant
que l’excitation initiale était inutile, le magnétisme naturel du fer doux
suffisant à l’excitation des bobines dès la première opération.

Déjà l’Italien Pacinotti a dépassé tout le monde. Il a construit en
1861 la première dynamo comportant tous les éléments qui figureront
dans celle que Gramme concevra dix ans plus tard. L’induit est un fer
doux portant un enroulement continu réparti en 16 bobines, le fil de sortie de l’un et le fil d’entrée de l’autre sont reliés à un même conducteur
du collecteur. Ainsi chaque bobine est reliée au collecteur central, que Pacinotti appelle le commutateur, par une lame de cuivre incrustée dans
un petit tambour en bois. Deux frotteurs sont placés sur ce tambour en
positions diamétralement opposées. L’inducteur est formé de deux gros
électroaimants excités à l’aide d’une source extérieure. Si donc se trouvent réalisées les deux conditions principales qui n’étaient même pas
encore entrevues en 1861, l’anneau à enroulement continu et le collecteur, il y manque l’autoexcitation de l’inducteur. Pacinotti comme bien
d’autres avait construit un appareil de laboratoire qui pouvait servir de
générateur, mais aussi de moteur. Pour cet usage il remplaçait d’ailleurs
les électroaimants du stator par des aimants permanents. Ce détail
n’est pas sans importance car il est bien dans l’esprit du temps. Tous
les expérimentateurs savaient que les mêmes phénomènes d’induction
pouvaient être utilisés dans des machines réceptrices. Avant 1850
Charles G. Page avait présenté près d’une dizaine de moteurs basés sur
les effets d’attraction et de répulsion de barreaux aimantés par des électroaimants alimentés par des piles. On peut citer aussi le moteur de
Jacobi. L’effet de réversibilité est passé inaperçu de tout le monde, de
Gramme lui-même, jusqu’en 1873. Quoiqu’il en fût, tout le monde sait
que la dynamo de Pacinotti est restée totalement inconnue de tous. Les
contestations de priorité qui ont suivi 1872 étaient fondées, mais n’enlevaient rien au fait que Gramme a trouvé séparément des solutions déjà
utilisées et surtout qu’il les a introduites dans une machine industrielle.
Pacinotti aurait pu attaquer les brevets de Gramme ; les brevets français
sont délivrés sans examen préalable et sous la seule responsabilité du
déposant. Ils ne sont frappés de nullité que si un tiers présente un document, ou une réalisation prouvant une antériorité. Pacinotti n’a pas
entrepris une action en annulation parce qu’il n’était pas un constructeur
industriel, il n’a voulu défendre que l’antériorité d’une idée scientifique
dont lui-même n’avait pas mesuré l’importance qu’elle devait acquérir
plus tard, et il n’en a réclamé qu’’un avantage intellectuel. On sait que la
publication qu’il en avait faite dans la petite revue italienne Il Nuovo
Cimento
en 1864 est passée complètement inaperçue. Or 1864 est le
début de la période de compétition dans la recherche de combinaisons
de dynamoélectrique avec la constatation, sans grande suite d’abord, de
l’inutilité d’un excitateur de démarrage. Gramme lui-même déclare dans
sa communication de 1872 à l’Académie : La première aimantation a eu
lieu sans le secours de piles : c’est l’électricité terrestre qui a rempli cette
mission, au moment où je préparais des éléments Daniell pour l’obtenir
.

[1 Communication présentée le 5 décembre 1980 au Colloque Histoire des Sciences dans
l’Ancien Pays de Liège, Hommage à Marcel Florkin
, organisé au château de Colonster par
MM. Pierre Laszlo et Robert Halleux de l’Université de Liège.

[2 Toute collaboration sous la forme de recherches d’anciennes machines et de documents
s’y rapportant sera la mieux venue. S’adresser au Centre d’Histoire et de Technologie rurales, 77, rue de la Gare, 6390 Treignes, Tél. 060/399624.



















info visites 228464

     COCOF
                      Avec le soutien de la Commission
                           communautaire française