5(2)

16. EENVOUDIGE HANDLEIDING TOT DE PHOTOGRAPHIE OP COLLODIUM
Gouda, G.B. van Goor, 1862, in-8°, avec 115 figures.

17. DIE PHOTOGRAPHIE AUF COLLODIUM. Darstellung eines einfachen und
leicht anwendbaren Verfahrens zur Erzeugung negativer und positiver Bilder
auf Papier, Glas, etc., sowie der trockenen Platten und der Stereoskopen.
Für angehende Photographen und Liebhaber dieser Kunst.
Deutsche Ausgabe, bearbeitet von Dr. A. H. Weiske, Privatdozent an der Universität zu Leipzig.
Leipzig, Otto Spamer, 1862, in-8° de vi-176 pp., avec 115 figures.

18. (même ouvrage en langue russe)
Traduction par Von Friebel.
St. Pétersbourg, 1863, in-8°.
Tirage à 2000 exemplaires.

19. A POPULAR TREATISE ON PHOTOGRAPHY. Also a description of, and
remarks on, the stereoscope and photographic optics etc., etc.
Translated from the French by W. H. Thornthwaite, Ph. D.,F.C.S.
Londres, Virtue Bros, 1863, in-12° de (vi)-137 pp.
En supplément se trouvent 4 pp. de publicité et 12 pp. de catalogue de l’éditeur, qui pourraient ne pas figurer dans tous les exemplaires.

20. A POPULAR TREATISE ON PHOTOGRAPHY. Also a description of, and
remarks on, the stereoscope and photographic optics etc., etc.
Translated from the French by W. H. Thornthwaite, Ph. D., F.C.S. Second
revised edition.
Londres, Virtue and Co., 1867, in-12° de (vi)-141 pp. (Weale’s rudimentary
series, 79).
En supplément se trouvent deux catalogues de l’éditeur de 16 et 32 pp.

21. TRAITE D’OPTIQUE PHOTOGRAPHIQUE comprenant la description des
objectifs et appareils d’agrandissement. Avec figures dans le texte et planches.
Paris, V. Masson et fils, 1866, in-8° de 271 pp.
Imprimé par Annoot-Braeckman, Gand ; tirage à 2000 exemplaires au prix de
4 frs.
L’ouvrage contient 5 pll. lithographiées dépliantes. Ceci vaut également
pour les traductions qui suivent.

22. PHOTOGRAPHISCHE OPTIK. Beschreibung der photographischen Objective und der Vergrösserungs-Apparate. Aus dem Französischen übersetzt
von A. Martin.
Vienne, O. Kramer, 1866, in-8° de xvi-273 pp. avec 5 pll. et 27 figures.
Selon la liste des ouvrages que Van Monckhoven présentait à l’Exposition
Nationale de 1880, il existe une édition de ce livre, en date de 1867, traduit
par le Dr Adolphe Steinheil, dont nous n’avons pu localiser aucun exemplaire.

23. PHOTOGRAPHIC OPTICS, including the description of lenses and enlarging
apparatus. Translated from the French.
Londres, Robert Hardwicke, 1867, in-12° de 259 pp. avec 5 pll. et 87 figures.
Puisque le titre n’en porte aucune mention, l’éditeur lui-même pourrait en
avoir fait la traduction.

24. HISTORIQUE DU PROCEDE AU CHARBON
Gand, Annoot-Braeckman, 1875, in-8° de 29 pp.
Tirage à 200 exemplaires.
Il s’agit probablement d’une plaquette hors commerce, imprimée aux frais de
l’auteur.

25. TRAITE PRATIQUE DE PHOTOGRAPHIE AU CHARBON
Paris, G. Masson, 1876, in-8° de 104 pp. avec figures.
Imprimé par Annoot-Braeckman, Gand ; tirage de 1500 exemplaires au prix
de 5 frs.

26. PRAKTISCHE BEHANDLUNG DER KOHLEPHOTOGRAPHIE. In deutscher
Sprache herausgegeben von Alb. Glock und Cie., Carlsruhe (Baden). Im
Selbstverlag der Herausgeber.
Carlsruhe, Théodore Gerbracht, 1876, in-8° de 88 pp.

27. TRATADO PRACTICO DEL PROCEDIMIENTO AL CARBON
Traduit par E. Gateau.
Valencia, 1878.

28. DE PHOTOGRAPHIE MET BROOMZILVERGELATINE door Dr. D. Van Monckhoven.
Uit het Fransch vertaald.
Gand, Vuylsteke, 1880, in-8° de vii-63 pp. avec pl s au prix de 3,5 frs.
La traduction est due à Edouard Verschaffelt, directeur de l’école normale
de Gand. Il s’agit d’une édition séparée de la description de ce procédé, qui
avait paru pour la première fois la même année dans la 7e édition du ’Traité
général de photographie’ [voir N° 7].

[1 Steekkar uit Grimbergen (Museum voor de Oudere Technieken, inv. nr V. 80.18).

[2 Karretje uit Meise. Gebouwd om een lichte elektrische motor te verplaatsen voor een
beerpomp, een koekenbreker, e.d. (Museum voor de Oudere Technieken inv. nr. B. 81.3).
Zo’n motor werd ook vaak op een draagberrie bevestigd. Zie b.v. het eksemplaar van het
Museum voor de Oudere Technieken (inv. nr. V. 81.11).

[3 Benoit, 1863 : 2.869 merkt op « un ouvrier peut sans fatigue travailler sa pleine journée
à des transports faits à l’aide de cet engin ».

[4 Malouin, 1767. Ook de benamingen van de steekkar wijzen op een jonge ouderdom. In
vele talen heeft men zeer laat een bestaande term, die een ander voertuig aanduidde,
overgenomen. Merkwaardig is dat het Franse woord « brouette » dat oorspronkelijk naar
twee wielen zou verwijzen, maar in feite voor de kruiwagen, met één wiel dus, gebruikt
werd, tot in de 19de eeuw de naam van de steekkar was, en dus opnieuw een voertuig
met twee wielen aanduidde.

[5 Het eksemplaar dat door dezelfde auteur getekend werd op p. 1090, heb ik niet gezien,
maar men mag zich afvragen of het hier wel om een steekkar gaat. Het zou ook een karretje kunnen zijn, dat, al wordt het vertikaal gehouden om er de zak gemakkelijk op te krijgen, horizontaal verreden werd.

[6 In de catalogus van H. & G. Rose is er sprake van een gewone steekkar met wielen van
gietijzer, en van een « brouette (= steekkar) silencieuse ..., roues en caoutchouc ». Laatstgenoemde hebben als voordeel « de ne pas écraser les grains, de ne pas abîmer les parquets et de ne pas faire de bruit ».

[7 De oudste sporen van het bestaan van de snijpasser b.v. dateerden van de 18de eeuw.
Dankzij één miniatuur werd bewezen dat het werktuig reeds in de 16de eeuw bekend was.
(David 1980).

[8 A cette époque, la plupart des chercheurs de renom dans le domaine de la photographie
étaient principalement orientés vers les problèmes que posait la reproduction de l’image
par des procédés photomécaniques, comme l’héliogravure, la photolithographie et la
phototypie. Il est donc assez étonnant de constater le manque d’intérêt de Van Monckhoven à cet égard. Pour la 7e édition de son « Traité », il alla jusqu’à solliciter la collaboration du français Léon Vidal pour la rédaction de ce chapitre particulier.

[9 Ce prix fut porté plus tard à 3.000 francs, selon le catalogue publié à Gand en juin 1880.

[10 Selon toute vraisemblance, l’épouse de Van Monckhoven avait un lien de parenté avec
D. Tackels, également fabricant de plaques et papiers photographiques, établi à Gand. Il
est toutefois certain qu’après le décès de Van Monckhoven, son épouse continua avec
succès la gestion de la firme (Roosens, 1974).

[11 Il pourrait s’agir d’un second mariage, car certains indices nous font croire à l’existence
de deux enfants, un fils et une fille, lorsque Van Monckhoven était établi à Vienne

[12 Dans son catalogue, en date de juin 1880, la maison Van Monckhoven proposait aux photographes son émulsion sèche en paquets de 100 grammes au prix de 32 Frs. et également des plaques sèches prêtes à l’emploi à des prix variant de 4 à 60 Frs. la douzaine,
selon dimensions.



















info visites 170264

     COCOF
                      Avec le soutien de la Commission
                           communautaire française