4(3)

Le domaine de Moulins occupe une position de choix sur l’axe touristique Molignée-Meuse-Bocq, avec de nombreuses attractions : abbaye de Maredsous, ruines de Montaigle, villages pittoresques (Sosoye, Falaën), château de Spontin, curiosités variées de la vallée mosane, à proximité de Dinant, où l’artisanat du cuivre est encore pratiqué.

Il constitue le complément logique du Chemin de fer des Trois Vallées, activant des locomotives à vapeur, et le tout se situe dans la province de Namur, devenue le centre de la partie Sud du pays, et à qui tout ce potentiel touristique et culturel est offert, mais ...

Récemment, des visiteurs écossais - et la Grande-Bretagne est de première compétence en la matière - ont été éblouis par cette concentration de Moulins. Ils ont estimé cet ensemble « impressionnant », nous reportant sans transition à 150 ans en arrière, dans un cadre dont le pittoresque n’a été gratifié à aucun autre site industriel, même britannique. La richesse des mécaniques exposées et en état, les possibilités immenses, le tout, pour nos Ecossais, c’était unique ! Un vrai musée vivant qu’il suffirait d’animer et dont les espaces ne demandent qu’à accueillir un peu tout ce que l’on voudrait leur proposer, à peu de frais, plutôt que d’édifier des « musées », « centres » ou autres « machines bidons » à coups de centaines de millions pour aseptiser quelques reliques égarées hors de leur vrai contexte.

Les exemples négatifs foisonnent. Les chemins de fer avec leurs ouvrages d’art et tout particulièrement leurs gares ont été cruellement frappés. Il ne reste déjà plus que quelques jolies petites gares du Nord-Belge (pour combien de temps ?) tandis que les deux superbes gares de la Compagnie de Spa étaient vendues tout récemment et odieusement en vue de leur démolition. Elles étaient cependant uniques en leurs genres : Theux est la première gare de Spa, située toujours dans son état d’origine en face de la ville royale, devenue musée local (donc faisant partie intégrante d’un site combien de fois historique !).

Et pour faire quoi, devinez-le ... Pas un petit doigt n’a été levé. Et je crains fort qu’il n’y ait plus d’Hercule, ni même d’honnête homme capable de stopper l’imminence de l’irréparable...

La responsabilité de ces abandons ou de ces massacres porte des titres divers : choix d’un éclectisme contestable, désaffection, expéditivité administrative, ignorance ou incompétence, négligence, arrangements locaux, réussis parfois par le Simple poids - ou la légèreté - d’un seul personnage.

Nous citerons, dans un désordre intentionnel, ces organismes essentiellement publics ou, accessoirement, privés, en nous excusant par avance auprès de ceux que nous aurions omis.

Ce sont eux qui, à des degrés divers ou à des titres précis ou multiples, auraient dû ou ont eu à se préoccuper et à se prononcer sur le sort d’édifices irremplaçables, et qui selon les cas, se sont avérés impuissants, inefficaces, inexistants, ignorants ou complices :
- Ministère de la Culture française (pour les bribes qui en subsistent) ;
- Ministère de la Communauté française - Service de la Protection du
Patrimoine culturel ;
- Conseil de la Communauté française ;
- Commission Royale des Monuments et des Sites ;
- Services de l’Urbanisme ;
- Services du Tourisme (Ministériels, provinciaux, locaux) ;
- Bureau du Plan ;
- Centre d’Information pour l’Architecture, l’Urbanisme et le Design ;
- Société Nationale des Chemins de fer belges (qui dispose de ses
propres services d’architecture), avec son Conseil d’Administration et ses Ministères de tutelle ;
- Institutions ayant l’Archéologie Industrielle dans leurs préoccupations ;
- Conseil International des Monuments et des Sites ;
- Cercles locaux d’histoire et d’archéologie ;
- Syndicats locaux d’initiative - Conseils communaux ;
- Associations d’Amis des Chemins de fer...

soit déjà une quinzaine d’organismes diversifiés et dont les rôles protecteurs et limitatifs se trouvent réduits en toute quiétude, avec l’aisance d’un champion de steeple, par MM. Tout le monde ou N’importe qui, avec ou sans bénédiction.



















info visites 176862

     COCOF
                      Avec le soutien de la Commission
                           communautaire française