2(3/4)

Les travaux furent entrepris simultanément en 1853 ; c’est le 9 avril de cette année que le Roi posa solennellement la première pierre du
réservoir d’Ixelles. Le 30 juin 1855, les ouvrages d’adduction étaient terminés, mais un des compartiments du réservoir s’écroula. Néanmoins les
premières eaux de Braine sont adduites dans le premier compartiment et le 26 septembre 1855 le grand jet d’eau du Parc, conçu par Carez, est
inauguré par le Roi. En quatre ans, la plus grande partie du réseau est établie (150 km) et la plupart des abonnés sont raccordés. Un réseau
complet de bornes d’incendie est créé (1400) distantes les unes des autres de 50 à 60 m.

Il convient de rappeler ici qu’un large débat s’était ouvert pour déterminer la nature du matériau à utiliser pour les conduites de distribution
(l’aqueduc devant être réalisé en maçonnerie). Il n’était évidemment plus question d’employer le bois et, par ailleurs, on avait pu constater les
inconvénients de la poterie : fragilité aux sollicitations extérieures (mouvements du sol, trépidations dues au charroi ...) et intérieures (faible
résistance aux fortes pressions). De plus, malgré leur vernissage, les tuyaux s’obstruaient par la formation de concrétions végétales ou animales.
Le plomb était déjà déconseillé pour sa toxicité. Le verre, parfait du point de vue salubrité, essayé aux Etats-Unis et en Suisse, devait être
écarté à cause de sa fragilité. Les tuyaux métalliques furent considérés comme les meilleurs et la fonte fut donc choisie. Mais devant la difficulté
d’approvisionnement, l’Administration Communale fut amenée à considérer avec beaucoup d’attention l’invention du parisien Chameroy qui
avait été adoptée par plusieurs villes
françaises. Il s’agissait de tuyaux de tôle vernis à l’intérieur et bitumés extérieurement, dont le prix était de 40% inférieur à celui des tuyaux de
fonte. Après de nombreux débats et tergiversations, les difficultés de fourniture des tuyaux de fonte s’aplanirent et la Ville de Bruxelles n’acquit
jamais de tuyaux Chameroy.



















info visites 231415

     COCOF
                      Avec le soutien de la Commission
                           communautaire française