2(3/4)

L’ouverture officielle se fera en deux temps : le 1er octobre 1883 à l’occasion du 300ème anniversaire de la naissance de Joost van den Vondel
et le 13 octobre, en présence de Léopold II. Que s’est-il donc passé ? Epinglons cette anecdote amusante : Ch. Buls s’étant rendu au Palais pour
inviter le Roi à honorer de sa présence l’inauguration officielle, se voit répondre que Sa Majesté le voudrait bien mais qu’à cette date elle doit se
rendre à Berlin, chez l’Impératrice Augusta. Qu’à cela ne tienne : le Roi viendra dès son retour. Et Ch. Buls de déclarer : J’aurai l’honneur, Sire,
de vous souhaiter la bienvenue en flamand, dans le temple érigé pour l’art dramatique flamand.
Et le Roi de répondre : Mon cher bourgmestre,
vous m’offrez là une bonne occasion pour vous répondre dans cette même langue nationale, en flamand !

L’esthétique des villes

La transformation du nouveau Théâtre Flamand n’était qu’un coup d’essai pour un homme qui, inlassablement, allait poursuivre une politique de
restauration et de sauvegarde de Bruxelles. Déjà en 1883, d’ailleurs, il avait pris les mesures propres à protéger les magnifiques immeubles de
la Grand-Place. Ses nombreux voyages à l’étranger lui permirent de prendre de nombreuses notes rassemblées finalement sous le titre
Esthétique des Villes, en 1893. Il reviendra sur ce problème plus tard, en 1910, notamment dans une plaquette intitulée L’isolement des vieilles
églises.

Rappelant les erreurs commises autour de Saint-Gudule, Buls n’est pas tendre pour ses prédécesseurs : La courbe harmonieuse a d’abord été
détruite, à la plaine Ste-Gudule, entre la rue des Paroissiens et la rue du Marquis, pour mettre les façades dans l’absurde alignement de
l’impasse du Parc, qui vient buter bien inutilement contre la saillie de la maison d’angle de la rue Sainte-Gudule. Nous nous trouvions alors
sous le règne despotique de la ligne droite, toutes les sinuosités devaient être supprimées et l’ingénieur des villes n’imaginait pas qu’il
pût employer d’autre instrument que la règle ...



















info visites 235415

     COCOF
                      Avec le soutien de la Commission
                           communautaire française